Instagram.Email.

Les Cités Antiques du Maroc

Histoire
7/2/2021
par 
.
No items found.

Avec une présence humaine estimée à 300 000 (Homo Sapiens du Jebel Irhoud), le Maroc a très tôt disposé d’une activité humaine importante. L’arrière-pays regorge de sites archéologiques exceptionnels tant par les vestiges que par leur ancienneté, dernière trace d’une civilisation jadis prospère et influente même au-delà du Sahara.

Voici donc une liste (non exhaustive) de ces lieux d’histoires unique au monde !

No items found.

Rirha, La Plus Ancienne Capitale Du Maroc

Après des décennies de fouilles, les chercheurs marocains (avec l’aide de chercheurs français et espagnols) ont pu retrouver la légendaire Rirha (ou Gilda), capitale de Maurétanie selon les écrits gréco-romains.

Situé dans les plaines du Gharb, les plus anciennes traces archéologiques du site datent d’au moins le Vie siècle avant J-C. La ville s’est bâtie autour d’un centre maure et une extension romaine tardive. Le site est abandonné à partir du IIIe siècle après J-C avant d’avoir un modeste renouveau sous les Almohades.

Les fouilles continuent encore dans l’espoir de nouvelle découverte à même de permettre d’avoir de nouvelles informations sur la Maurétanie.

No items found.

La Tour Sarrasine Ou Borj Esserrajine, L’antique Forteresse Maure De Taza

L’histoire de ce fort est malheureusement méconnue. Cependant, tous les habitants de la région attestent de légendes faisant remonter ce fort à l’époque préislamique. Les quelques sources écrites mentionnant ce fort décrivent l’histoire de ce lieu de la manière suivante : durant l’antiquité, Taza n’était qu’une simple ville fortifiée (ou oppidum) avant de devenir une véritable forteresse et un centre politique important lorsque les rois, au fait de leur puissance, purent affronter les attaques de Rome.

De la confrontation avec la civilisation romaine, les Berbères ont rapporté leurs idées et leurs méthodes. Certaines parois des murailles datent en effet autour du IIe siècle avant J-C, ce qui donna une forme particulière et une ressemblance importante de cette tour à certaines tours romaines.

Les Berbères importèrent également de Rome les techniques de la poterie. Ainsi, plusieurs débris de poteries ont été découvertes, mais aussi des lampes à huile, des pots à soupes, des vases à anses etc.

Avec l’arrivée des Almohades sur les lieux, les remparts ont été étendus pour protéger la ville haute de Taza des incursions de l’est.

No items found.

La Cité perdue de Nul Lamta et la forteresse d’Agwdid

Durant l’antiquité, deux manières s’offraient aux villes pour leur développement : la première étant la sédentarisation autour d’un point fertile, elle se retrouve au Maroc surtout dans les plaines fertiles du Nord-Ouest.

La seconde manière est le commerce, certains lieux d’échange permettent de faire sédentariser les commerçants pour satisfaire les clients, souvent nomades, traversant la région.

La plus ancienne cité commerciale connue au Maroc est née de cette façon. Nul Lamta est situé au sud-est de Guelmim dans ce qu’on appelle aujourd’hui le Chapelet d’Oasis de Tighmert. Existant avant l’arrivée des Idrissides, elle eut son heure de gloire lors de l’avènement des Almoravides. En effet, Abdallah Ibn Yassine, fondateur du mouvement almoravide, est originaire de cette ville et ne mourut qu’après avoir conquis Sijilmassa, Aghmat, le Souss et Nul Lamta.

La ville devint un lieu d’échange entre les populations ouest-africaines et le reste du Maroc, développant ainsi une route transsaharienne allant du fleuve Sénégal à Marrakech en passant par Oualata puis Nul Lamta.

Les Almoravides ajoutèrent la forteresse d’Agwdid et exportèrent l’architecture de la ville commerciale à Oualata (Mauritanie), Tombouctou et Gao.

No items found.

La Cité Millénaire De Volubilis, Joyau De La Culture Maure Et Romaine

Site archéologique le plus populaire du Maroc, Volubilis est une cité majeure de l’antiquité jusqu’à l’arrivée de l’Islam. Fondée par les berbères et rattaché à la Maurétanie, la ville va connaître un exceptionnel développement lors de son entrée dans le giron romain au IIIe siècle avant J-C.

La cité possèdera une enceinte composé de 9 murs, des lieux de cultes et aussi de tours aux alentours de la ville. Présent sur une plaine fertile, la région connaitra un important développement commercial et agricole grâce aux diverses routes, à un système de canalisation complexe en terre cuite et un aqueduc.

Volubilis sera un exemple de la coexistence entre maure et civilisation romaine, coexistence qui est notamment visible par l’ajout d’autel maurétanien aux basiliques romaines. La ville sera habitée pendant plus de 7 siècles avant qu’Idris II, second souverain Idrisside, fonde la ville de Fes. Le site fait l'objet de fouilles archéologiques depuis le début du xxe siècle et la moitié seulement en est dégagée à ce jour. La qualité des trouvailles et du site a abouti à son classement sur la liste du patrimoine mondial par l'UNESCO.

No items found.

Le Cromlech De M’zora, Sépulture De Roi Maure

Situé au sud d’Asilah, le cromlech a surpris bon nombre de chercheurs et d’archéologue de par sa ressemblance avec Stonehenge et son histoire. M’zora (ou Msoura) est composé d’un tumulus central entouré de 167 monolithes de différentes tailles. Connu dès l’époque romaine, ce site avait pour réputation d’être la tombe du géant et roi libyque Antée, tué par Hercule selon la légende. Le général romain Sartorius ira même sur le site pour vérifier la véracité de cette réputation avant d’y trouver, selon Plutarque, un cadavre mesurant soixante coudés (~26 mètres).

Le cromlech restera un lieu de culte et d’exercice du pouvoir maure (le roi Ascalis ira même s’y réfugier) pendant plusieurs années avant d’être abandonné à la suite des conquêtes romaines. On peut notamment retrouver ce type de tumulus un peu partout au nord-ouest du Maroc, ce qui présume une civilisation commune autour de la dynastie maure.

Le site restera paisiblement préservé par les locaux qui surnommeront le lieu “el outed” (le piquet) en référence à sa forme pointue. Plusieurs géographe et voyageurs européens feront mention de ce lieu jusqu’aux fouilles de l’archéologue espagnol Cesar Luis de Montalban qui abîmera durablement le lieu dans les années 30. Selon des témoignages de locaux ayant participé à cette fouille, il existerait sous ce site une tombe comportant une épée géante et des ossements humains similaires à la description de Sartorius…

Des Secrets Encore Enfouis…

Du fait de sa forte densité démographique et son ancienneté sur ces terres, les habitations humaines au Maroc se comptent par centaines. Avant même l’influence punique ou romaine, plusieurs traces de l’existence sédentaire des berbères et des maures sont éparpillées un peu partout. Une des traces de cette existence se trouve dans les différents noms des régions et des fleuves marocains (Mulucha/Moulouya, Draa, Sus…).

Malheureusement peu de sites archéologiques ont encore eu le droit à des fouilles correctes tant la tâche est grande et les moyens dérisoirement faibles. Ces cités antiques et mystérieuses n’attendent que d’être étudiés pour faire jaillir tous leurs secrets, celles d’une population possédant un degré de civilisation important, possédant une culture, une langue et une écriture propre et commune, et dont l’influence s’est fait ressentir de la Méditerranée au Sahel.

No items found.
Références :