Instagram.Email.

Baba Aïchour, un Folklore en Perdition

Culture
27/12/2020
par 
.
No items found.

Achoura au Maroc et dans le monde.

Achoura est une fête célébrée le 10ème jour de Muharram. Son déroulement est pratiqué de diverses manières à travers le monde musulman. Pour les chiites, Achoura est une commémoration du massacre de l’Imam Hussein, tandis que les sunnites jeûnent durant l’évènement, qui correspondrait au jour durant lequel Dieu aurait sauvé Moïse du Pharaon en séparant la mer.

Au Maroc, la célébration de cette fête a gardé sa spiritualité tout en étant complémentée d’autres pratiques culturelles où se lient légendes et histoires. On la surnomme aujourd’hui la fête des enfants et elle demeure célébrée partout dans le royaume. Le jour d’Achoura, on jette de l’eau sur les passants et chaque groupe allume un grand feu où divers chants et danses sont menés. Le plat traditionnel de ce jour est le couscous à la viande séchée (Gueddid). Cependant, au tournant du 21ème siècle, on commence à oublier un personnage qui est pourtant la mascotte d’Achoura, ce dernier étant Baba Aïchour.

Baba Aïchour.

Baba Aïchour est l’un des personnages légendaires les plus connus au Maroc. Son nom revient souvent lors de la nuit d’Achoura.

Quoique les histoires divergent à son sujet, Baba Aïchour serait un démon à allure effrayante et sans pitié. On raconte qu’il a des sabots de bœuf, qu’il porte un large burnous en laine et qu’il se nourrit de chair humaine. Baba Aïchour aime beaucoup les femmes et c’est pour cela que la nuit d’Achoura, les filles s’embellissent en mettant leurs meilleures tenues, lâchent leurs cheveux et chantent en groupe :

« Mon Aïchour, mon Aïchour, pour toi j’ai lâché mes cheveux, mon Aïchour, mon Aïchour »

On raconte qu’il est mort pendant sa prosternation de prière où encore, qu’il soit mort noyé, emporté par une rivière.

Célébration.

Lors de la nuit d’Achoura, les jeunes filles enterrent des os de viande séchée, précédemment consommée lors du dîner. Ces os seront déterrés au petit matin pour que chaque famille en fasse une représentation de Baba Aïchour, dont le corps sera fait d’os et les vêtements de laine tissée. Ensuite, les jeunes enfants se promènent avec la poupée sur un plateau, où ils recueillent des fonds de monnaie en demandant la bénédiction de leur « Aïchour ». La journée achève autour d’un énorme feu autour duquel se rassemblent petits et grands. La nuit d’Achoura, on ne dort pas: les festivités se poursuivent jusqu’au matin. À l’aube, la mort de Baba Aïchour s’annonce. Les familles rassemblent ainsi toutes les poupées le representant et les entourent d’un grand drap blanc, auquel s’ajoutent une mèche de cheveux, accessoirement, pour conclure la celebration de cette légende. Pour conclure, le tout est enterré et les chants reprennent ainsi, cette fois-ci au sujet du décès de Baba Aïchour.

Baba Aïchour disparaît.

De nos jours, cette tradition n’est plus célébrée dans le royaume marocain dans sa globalité. En effet, seuls quelques villages très conservateurs l’honorent en la célébrant chaque année. Les aînés des grandes villes sont de plus en plus les seuls à garder le souvenir de Baba Aïchour, qui est pourtant un personnage important de notre patrimoine mythologique, méritant ainsi sa place dans nos mémoires.

No items found.
No items found.
No items found.
No items found.
No items found.
No items found.
Références :