Facebook.Facebook.Instagram.Email.

Les Maures à la Découverte de l'Amérique

Histoire
23/2/2022
par 
.
No items found.
L

a découverte d’Amérique est souvent attribuée à Christophe Colomb, malgré le fait que cela a été réfuté à plusieurs reprises (la présence des Vikings étant l’alternative la plus populaire). Il existe de nombreuses théories expliquant la présence d’humains en Amérique, mais la plus connue reste celle du pont terrestre de Béringie. Cette théorie suggère que vers la fin de la dernière période glaciaire, les humains ont traversé une bande de terre reliant la Sibérie à l’Amérique du Nord-Ouest.

Source : National Geographic

Ce passage terrestre étant là en raison du faible niveau de mer, aussi bas que 120 mètres. La fonte des glaciers à la fin de la période a causé une montée des eaux, faisant disparaitre le pont terrestre.

No items found.

Explorateurs maures précolombiens vers le Nouveau Monde

Dans une interview dans le Deen Show with Jerald Dirks, auteur et psychologue américain, Dirks déclare que les musulmans sont allés en Amérique bien avant Christophe Colomb, rajoutant « Nous, les musulmans, étions ici bien avant que Christophe Colomb n’ait jamais pensé à venir en Amérique ».

Il y a eu un certain nombre de voyages du monde musulman vers les Amériques bien avant Christophe Colomb. Le plus ancien d’entre eux était celui de Khashkhash ibn Saïd ibn Aswad, quittant l’Andalousie musulmane en l’an 889 de notre ère. Navigant vers l’ouest à travers l’Atlantique à la découverte d’une nouvelle terre qui s’avère être les iles des Caraïbes. Non seulement ibn Aswad y a navigué, mais il est également retourné en Andalousie.

Carte d'Ali al-Masudi incluant un continent à l'Ouest, selon les découvertes d'Ibn Aswad.

Un géographe musulman et conseiller scientifique du roi de Sicile du nom de Charif al-Idrissi écrit au 12-ème siècle au sujet d’un groupe de huit marins musulmans ayant navigué vers l’ouest à travers l’Atlantique depuis l’Andalousie jusqu’à arriver sur deux nouvelles iles où ils furent capturés par des indigènes d’Amérique et seront retenus captifs. Après deux ou trois jours, un roi indigène qui servit de traducteur entre les locaux et ces voyageurs organisa leur libération et leur retour en Andalousie. Cela prouve que les Amérindiens eurent des contacts étroits avec les musulmans. Cependant ces voyages ont non seulement été effectués depuis l’Andalousie mais également depuis l’Afrique.

No items found.

Explorateurs mandingues précolombiens vers le Nouveau Monde

Vers l’an 1310 de notre ère, le sultan de l’Empire du Mali nommé Mansa Aboubakar II, frère de Mansa Musa, a envoyé des expéditions à l’ouest à travers l’Atlantique. Il fît appel aux ingénieurs du lac Tchad pour construire des navires afin qu’il puisse lancer sa flotte à travers l’océan. Il engagea un équipage de marins, de commerçants, de constructeurs, d’artistes, de guerriers et d’érudits et leur fournissit suffisamment de rations pour durer deux ans. Après qu’un capitaine solitaire et l’un des navires des 200 qu’il avait envoyés soient retournés au Mali en affirmant que les autres navires avaient été tirés dans un courant et avaient disparu, Mansa Abubakar II a recommencé à préparer une flotte. Mansa Abubaker II décida de faire le voyage lui-même en 1311 de notre ère. Il a voyagé avec ses hommes sur 1000 navires et en a envoyé 1000 autres avec des provisions.

La flotte d’Aboubakar débarqua sur les Amériques. Nous en avons la preuve car il existe une tribu indigène sud-américaine qui, même aujourd’hui, continue d’utiliser les idéogrammes mandingues comme forme de communication écrite.  Il y a aussi une tribu amérindienne d’Amérique du Nord dont le programme de mots a été écrit par un missionnaire morave au milieu du 18-ème. Lorsque les linguistes modernes l’ont examinée, ils découvrirent qu’un grand nombre de ces mots sont en mandingue, la langue de l’Empire du Mali. Les Mandingues ont exploré certaines parties de l’Amérique, se sont mariés avec les tribus amérindiennes et peu à peu leur histoire s’est perdue.

La preuve la plus convaincante viendra de Christophe Colomb lui-même, ayant écrit dans son journal que les Amérindiens ont confirmé : « Les personnes à la peau noire étaient venues du Sud-Est dans des bateaux, faisant le commerce de lances à pointe d’or ». Ces fers de lance ont été décrits comme « guanin » par les Amérindiens, qui est le mot mandinka pour l’or, la langue de l’Empire du Mali. Deuxièmement, l’analyse chimique des fers de lance a révélé que l’or provenait d’Afrique de l’Ouest.

Lors du troisième voyage de Christophe Colomb vers le Nouveau Monde en 1498, il a atterri au Trinidad. Lui et son fils Fernando Columbus ont découvert que les Amérindiens avaient des serviettes de coton tissé comme ceux utilisés en Afrique de l’Ouest ainsi que des vêtements similaires des Maures musulmans. Hernando Cortez a décrit les femmes indigènes habillées comme un « long voile » et les hommes comme « des culottes peintes dans le style des draperies mauresques ». En outre, Fernando Columbus remarque la similitude entre les hamacs des enfants des Autochtones et ceux d’Afrique du Nord.

No items found.

Explorateurs marocains précolombiens vers le Nouveau Monde

Un célèbre géographe et cartographe marocain Charif al-Idrissi (1099-1166) écrit dans son livre qu’un groupe de navigateurs marins du Maroc se lancèrent dans l’océan Atlantique depuis Lisbonne. Au quatrième jour, ils atteignent une ile où ils croisèrent un traducteur leur parlant en langue arabe, ce qui suggère que ses résidents étaient des musulmans d’Afrique du Nord, très probablement du Maroc.

En 1291, le cheikh Zayn Eddine Ali Ben Fadhel Al-Mazandarani quitta Tarfaya vers l’ouest sous le règne du roi Abu-Yacoub Sidi Youssef (1285-1307). Il décrira son voyage à travers la « mer de brouillard et d’obscurité », et atteindra finalement l’Ile Verte dans les Caraïbes.

No items found.

Conclusion

Tous ces voyages ont contribué à la connaissance que nous avons aujourd’hui sur les Amériques. L’Empire marocain et l’Empire du Mali ont exercé une influence non négligeable en ce qui concerne la culture et les pratiques des Amérindiens. Les deux empires ont fait de grands progrès dans la découverte du nouveau monde avec certains théoristes pouvant soutenir que sans les marins et explorateurs d’Afrique du Nord et d’Andalousie, tout comme avec l’empire Ottoman bloquant la route de soie, le climat géopolitique américain ne serait pas le même.

No items found.
No items found.
Références :